On n’a pas fini de vous surprendre

On n’a pas fini de vous surprendre

 

« On n’a pas fini de vous surprendre » Dans le cadre de mon émission du Samedi 11 et dimanche 12 août de 9h à 10h, en live sur Radio Collège 95,9 et  en simultané sur internet www.radiocollege.fr, et aussi, grâce au satellite Intelsat 24, on peut nous écouter dans le monde entier,

Je vous propose :

D’écouter trois nouveaux  hymnes nationaux de pays Européens:

Autriche  

Belgique 

et Biélorussie

 

D’écouter mon invité du jour : Jean-Claude Geschwing passionné du phénomène OVNI et président de l’association Ufologique de Dompierre-sur-Mer, avec de nouveaux témoignages.

 Mon affirmation  « croire ou de ne pas croire aux OVNI ne suffit pas, il faut plutôt essayer de comprendre leurs phénomènes et leurs mystères.»

De partager l’histoire de la semaine :

Il y avait dans un village deux hommes qui s’appelaient ROGER. L’un était prêtre et l’autre chauffeur de taxi. Le destin voulut que tous deux meurent le même jour. Ils arrivent au ciel et se présentent devant le Seigneur. ROGER, le chauffeur de taxi, passe en premier.

Dieu consulte ses registres et lui dit : « Très bien, mon fils, tu as gagné le Paradis. Tu as droit à une tunique en fils d’or et un bâton en platine. Tu peux y aller. »

Quand passe l’autre ROGER, Dieu lui dit : « Bien, tu as mérité le Paradis. Tu as droit à une tunique de lin et un bâton en chêne. » Le prêtre est surpris:

« Pardon Seigneur, mais il doit y avoir une erreur. Je suis bien ROGER, le prêtre ! »

« Oui mon fils, tu as mérité le Paradis avec cette tunique de lin. »

« Non ! Ce n’est pas possible ! Je connais l’autre ROGER, il vivait dans mon village.

C’était une catastrophe comme chauffeur de taxi ! Il avait des accrochages tous les jours, il roulait comme un dingue et conduisait très mal. Et moi j’ai passé 50 ans de ma vie à prêcher tous les dimanches à la paroisse. Comment est-il possible qu’on lui donne la tunique en fil d’or et à moi celle-ci ? » Et Dieu lui répond :

« Non, mon fils, il n y a aucune erreur. Nous faisons maintenant des évaluations et des bilans de compétences. »

« Comment, comment ? … Je ne comprends pas. »

« Oui, nous travaillons au résultat et avec des objectifs. Durant ces derniers 25 ans, chaque fois que tu prêchais, les paroissiens s’endormaient… Mais lui, chaque fois qu’il conduisait, tout le monde priait !

Votre ami CHRISTIAN